Les Rugissants

Durée approximative : 45mn

Tous les mardis à 19h30

1 lecture : 6 € / Carnet Rugissant de 4 lectures : 20€

Lectures croisées...Une autre façon d’entendre les textes.

Cette année, le cycle des Rugissants se réinvente…

 

On garde les fondamentaux : tous les mardis à 19 h 30, lectures croisées pour une autre façon d’entendre les textes… Mais nous avons choisi d’utiliser ce rendez-vous régulier pour vous proposer de retrouver certains artistes au fil de la saison.

Focus sur Murex en octobre et novembre, trois Rugissants de poésie électrique.

Rendez-vous avec Fabienne Yvert pour suivre sa prochaine création : Fais moi signe, on s’entend bien, autour de la langue française et de la langue des signes française (LSF).

En Compagnie des barbares s’emparera de deux Rugissants à l’occasion du temps fort qui leur est consacré en janvier.

Et puis Grand Magasin, qui nous fait le plaisir de venir nous rendre visite en mars, avril et mai pour trois Leçons de grammaire étrangère ; ni tout à fait une lecture, pas vraiment un spectacle traditionnel mais une idée fixe : interroger la langue.

Et puis bien sûr, au milieu de tout ça, des petites perles à découvrir : les mots de Babouillec, de la poésie, du flamenco, un jeune auteur de 24 ans, le dernier volume publié par Le Grand os, Samuel Beckett et Virginie Despentes…

 

 

 

logo_mains_lsf_slideshowDéficience auditive.

Tout l’année, les Rugissants seront traduits en Langue des Signes (LSF) en partenariat avec le CETIM.

Ce mardi

mardi 24 octobre | Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal

Lu par Maurice Sarrazin

[LECTURE À VOIX NUE]

Voici l’histoire simple mais terrible d’Hanta. Depuis trente-cinq ans, cet homme compresse, écrase sous le pilon des tonnes de livres déchargés régulièrement dans sa cave. Un massacre qu’il exécute malgré lui, malgré l’amour fou qu’il porte à ces ouvrages détenteurs d’une culture, à ses yeux, sacrée. Alors, pour oublier cette terrible besogne, Hanta boit, soliloque, délire, erre dans Prague pour tenir bon et continuer de broyer sous la presse hydraulique, les belles pages. Porté par René Gouzenne au début des années 2000, c’est Maurice Sarrazin, fondateur du théâtre Sorano, qui donnera voix à ce texte aujourd’hui, à l’occasion de ce 50e anniversaire, en souvenir de René…

Programme

mardi 24 octobre | Une trop bruyante solitude de Bohumil Hrabal

Lu par Maurice Sarrazin

En savoir +

Voici l’histoire simple mais terrible d’Hanta. Depuis trente-cinq ans, cet homme compresse, écrase sous le pilon des tonnes de livres déchargés régulièrement dans sa cave. Un massacre qu’il exécute malgré lui, malgré l’amour fou qu’il porte à ces ouvrages détenteurs d’une culture, à ses yeux, sacrée. Alors, pour oublier cette terrible besogne, Hanta boit, soliloque, délire, erre dans Prague pour tenir bon et continuer de broyer sous la presse hydraulique, les belles pages. Porté par René Gouzenne au début des années 2000, c’est Maurice Sarrazin, fondateur du théâtre Sorano, qui donnera voix à ce texte aujourd’hui, à l’occasion de ce 50e anniversaire, en souvenir de René…

mardi 31 octobre | Le condamné à mort de Jean Genet

Lu par Murex

En savoir +

Le Condamné à mort est un poème écrit en 1942 par Jean Genet, alors qu’il était interné à la prison de Fresnes pour vol. Le poème est dédié à un jeune assassin, Maurice Pilorge, guillotiné le 4 février 1939 à Rennes, personnage qui le fascine et qui est l’objet de tous ses fantasmes. Dans son poème, Genet développe les thèmes de l’amour entre prisonniers, de la fascination pour le beau voyou et de l’homosexualité. Un Rugissant porté par un tandem à deux cordes vocales et six cordes de guitare électrique.

mardi 07 novembre | Les Méprisables de Jack Lemoine

Lu par Jack Lemoine

En savoir +

Voici l’histoire des Méprisables, pièce de théâtre trash et parodique librement inspirée des Misérables de Hugo…

La famille Pinardier est installée depuis des lustres dans un logement délabré. Un soir de biture ils ramassent Cagette, orpheline des rues, pour aussitôt l’éduquer selon leurs goûts dépravés. Proxénétisme, pédophilie, humiliation, drogue et violence de la part de Gérard et Ginette Pinardier sont le lot violent de la-dite Cagette. Façonnée, lobotomisée par ses parents adoptifs jusqu’à sa majorité, elle devient à sa manière un véritable monstre…

En regard de cette lecture, Serge Pey lira Les Misérables et autres textes de Hugo le lundi 6 novembre.

mardi 14 novembre | La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars

Lu par Murex

En savoir +

Cette « Prose » va révolutionner la poésie par son originalité impressionniste, ses images fulgurantes, sa fougue, son irrévérence à l’endroit du vers classique. Cendrars est aventurier, hors-la-loi, ivre de jeunesse, comme son poème.

 

mardi 21 novembre | King Kong Théorie de Virginie Despentes

Lu par Bilbo

En savoir +

« J’écris de chez les moches, pour les moches, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf, aussi bien que pour les hommes qui n’ont pas envie d’être protecteurs, ceux qui voudraient l’être mais ne savent pas s’y prendre, ceux qui ne sont pas ambitieux, ni compétitifs, ni bien membrés. Parce que l’idéal de la femme blanche séduisante qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, je crois bien qu’il n’existe pas. »

mardi 28 novembre | Le Poème de la terre de Mahmoud Darwich

Lu par Murex

En savoir +

Le Poème de la terre de Mahmoud Darwich (trad. Elias Sanbar).

Tout comme Genet et Cendrars, Mahmoud Darwich est un voyageur, hors-la-loi. Exilé pendant plus de trente ans loin de sa terre natale, la Palestine, il n’eut de cesse de la chanter.

mardi 05 décembre | Trésor de la guerre d’Espagne et autres textes de Serge Pey

Lu par Catherine Vaniscotte

En savoir +

Catherine Vaniscotte s’empare du Trésor de la guerre d’Espagne et de La Boîte aux lettres du cimetière.
« Les personnages de ses nouvelles souvent inspirées d’histoires vraies racontent leur combat pour la liberté, la résistance contre l’oppression, l’exil et la fraternité. Ces écrits de Serge Pey, très intenses, étrangement drôles, parfois cruels ou tendres me touchent, me bousculent, me donnent envie de partager « à voix haute » ses pensées, ses interrogations, et cette volonté de vivre libre. Nous serons en duo avec un musicien, qui accompagnera les mots, leur donnera du relief et des paysages sonores. »

mardi 12 décembre | Aïe un poète de Jean-Pierre Siméon

Lu par Anne Rebeschini

En savoir +

Une causerie poétique à travers le temps, d’après l’oeuvre de Jean-Pierre Siméon. Les voix sont celles des poètes immortels : François Villon, Jean Tardieu, Raymond Queneau, Jacques Prévert, Lydia Padellec, Ghérasim Luca, Bluma Finkelstein, Boris Pasternak, Léopold Sédar Senghor, Roland Nadaus, Michel Cosem, Alphonse de Lamartine, Vladimir Maïakovski, et aussi Lao Tseu. Qu’est-ce qu’un poème ? À quoi ça ressemble les poètes ? Qu’est-ce que le bon poème ? Comment lire la poésie ? À quoi ça sert, d’être un poète ? Le spectateur est invité à prendre la parole pour répondre aux questions que pose Jean-Pierre Siméon… Un partage, une fête, une communion entre les poètes, l’actrice et le public pour trouver le poète qui est en chacun de nous !

mardi 19 décembre | Coplas Flamencas

Avec Paloma & Vicente Pradal (guitare)

En savoir +

En écho au spectacle Cette guitare à une bouche, présenté le 20 décembre au Sorano, voici
un Rugissant dédié à la poésie du flamenco. Vicente Pradal a rassemblé et traduit une centaine de coplas flamencas dans un ouvrage publié par l’éditeur toulousain Sables. Poésies populaires, anciennes et anonymes, elles sont là comme le fruit de la grenade, belles, riches et savoureuses, certaines anecdotiques, d’autres plus métaphysiques. Chacun reconnaîtra sans doute un épisode de sa propre vie dans ces Coplas qui sont l’œuvre des chanteurs eux-mêmes et qui, chacune, possède sa mélodie.