du 05.05 au 09.05

Souriez s’il-vous plait

An-na Compagnie

Nathalie Andrès interprète le texte autobiographique de Jean Rhys, l’une des plus grandes romancières de son temps…

du 12.05 au 16.05

Univers

Joan Claret & Chloé Picard

Voyage dans l’imaginaire et en images, autour des créations musicales poétiques de Joan Melchior Claret…

du 19.05 au 30.05

Et sur la rive gauche, un peu à l’écart…

Association Ba

Et sur la rive gauche, un peu à l’écart… c’est un montage de textes, de romans, de nouvelles ou de contes bosniaques, dont le fil conducteur est la célèbre construction de Mehmed Pacha…

La Cave Poésie | Toulouse
La Cave Poésie | Toulouse

chantiers d'art provisoire

lundi 11 mai à 20h30

Le sixième élément | Slamouraï Show

Soirée animée par Jack Le Moine

entrée libre

les commencements

mercredi 06 mai à 21h30

CONSERVATOIRE

Les élèves de la section Jazz

entrée libre

les rugissants

jeudi 07 mai à 19h30

Didier Le Gouic

Propos d'infanterie de Pierre Mac Orlan

entrée 5€

les nuits de la pleine lune

Rendez-vous scène ouverte

Les soirs de Pleine Lune

Prochain rendez-vous : lundi 04 mai à 20h30

entrée 3€

A mon ami Gilbert Baqué pour son enterrement

par Serge Pey

Ils sont tous là et il en manque.

Kid Ory marche dans la rue avec son drapeau lavé par la lessive d’un batteur.

Jack Teagarden croit en la mise en commun de la vie au mur des fédérés de la

musique.

Glenn Miller joue avec une branche pour la petite espérance des morts.

Kai Winding est au tableau noir et apprend à écrire des lettres de silence

Ils sont tous là et il en manque.

Frank Rosolino conjugue des cailloux

Al Lirvat fait le calcul mental des philosophies dans les machines à laver de la

musique.

Yves Robert écrit des causes justes sur des partitions de base ball.

Bill Watrous a l’encrier qui déborde de sable.

Ils sont tous là et il en manque.

Raoul de Souza sur un platane pend les pantins de la nuit.

Alain Trudel déchire le brouillard avec une voiture de sucre.

J.J. Johnson dirige la grève générale des big bands blancs.

Kay Walding aboie comme les chiens parce qu’il n’y a plus d’homme parmi les

chiens.

Ils sont tous là et il en manque.

Slide Hampton dessine des statues qui fument.

Trummy Young brûle des coquelicots de cocaïne rose.

Joseph Alessi écrit des alphabets d’oiseaux blancs dans le ciel noir.

Don Drummond a une voix de mille routes.

Ils sont tous là et il en manque.

Michel Becquet renverse un bol à peine bu dans un poème aveugle.

Paul Hubweber dédouble sa voix en soufflant comme une vache

magnifiquement sacrée.

Ils sont tous là et il en manque.

Celui du rouge des ombres qui retombent en pluie.

Celui de la couille et de la cocagne.

Celle qui arrache la jupe froissée du soleil.

Celui de la faute de la nuit.

Celle qui t’aime dans le sommeil des brouillards.

Celle des morts et des mots.

Celui au trombone de ciment noir.

Ils sont tous là et il en manque.

Pour te dire bonjour Gilbert Baqué.