La Poésie c’est le pied !

La poésie c’est le pied ! est un rendez-vous pluridisciplinaire où la poésie se donne à entendre sous toutes ses formes : lectures, concerts, performances, rencontres, conférence… un portrait vivant et, espérons-le, enthousiasmant de la poésie aujourd’hui.

La poésie c’est le pied ?

Elle en a même deux, ancrés dans le réel, deux pieds bien chaussés pour nous donner à entendre le monde dans sa démesure, son outrance, sa violence, sa beauté aussi, son quotidien…

La poésie a deux yeux pour dire l’invisible et l’innommable…

La poésie a deux cordes vocales pour embrasser le multiple…

La poésie a deux bras pour chanter la révolte…


Pour la troisième année consécutive, la Cave Po’ propose un festival de poésie contemporaine. Pour l’occasion nous avons proposé à Éric Arlix, artiste en résidence à la Cave Po’ toute la saison, d’en concevoir la programmation du jeudi 23 au samedi 25 janvier.

 

Quelques mots sur Éric Arlix

Il est écrivain, éditeur, artiste et chercheur de formes. Il développe un style très singulier, empruntant aux vocabulaires et langues spécifiques du business, du divertissement, du sport (et autres novlangues). On retrouve dans son œuvre des sujets récurrents tels que les fictions en tant que scenarios de vie (propagande, story-telling, soft power) ou comme l’histoire du capitalisme et de ses récits abracadabrantesques.

Il mène son expérimentation artistique, sa recherche, en tirant des fils entre le réel improbable et le futur chaotique.

Vous pouvez retrouver ses livres dans n’importe quelle bonne librairie et notamment à Terra Nova, 18 rue Gambetta, 31000 Toulouse.

Nous, on aime bien Terreur, saison 1 (Éd Les Presses du réel, 2018), Golden Hello (Éd JOU, 2017), Le Monde Jou (Éd Verticales/Gallimard, 2005).

 


Chaque soir en ouverture de soirée, le Comité Collisions vous proposera un regard sur les jeunes auteur·es contemporain·es… Comité de lecture composé de professionnel·les du spectacle vivant (auteur·es, comédien·nes, administratrices, metteurs en scène, traductrices et autres), le Comité de lecture Collisions a pour objectif de mettre en valeur des auteur·es dramatiques vivant·es peu ou pas repéré·es par les réseaux de diffusions. L’idée est de sélectionner chaque année un groupe de textes écrits ou traduits il y a moins de cinq ans. La sélection doit être paritaire, les écrivain·es doivent être peu monté·es et peu joué·es. Leurs textes doivent être radicaux, langagiers, explosifs et puissants.

 


Lundi 20 janvier | 21 h | Participation libre

Imprévu du lundi – Jean d’Amérique & Anna Serra

Rencontre avec deux jeunes voix de la poésie contemporaine…

Anna Serra (poète performeuse)

J’écris. Par l’écriture j’explore toutes les réalités, toutes de l’imaginaire. Par elles, grandir. Et je pulse les poèmes que j’écris. C’est-à-dire avec la voix, le corps, parfois des instruments de musique (flûte traversière, daf, castagnettes, objets), des instruments digitaux programmés pour composer des polyphonies en direct, une pédale de boucle, et aussi avec d’autres musiciens compositeurs (Michaël Filler, Jordan Quiqueret, Michel Bertier…) ou avec des poètes sonores (Kinga Tot, Maja Jantar, Martin Bakero …). Je suis alors amenée à explorer des opérations d’écritures sonores et scéniques. J’ai choisi de parler de « poésie pulsée » pour évoquer cette pratique vivante de la poésie.

Jean d’Amérique (poète)
Lecture par Sylvie Maury & Charlotte Castellat

Jean d’Amérique est né en 1994 en Haïti. Il vit à Port-au-Prince.
De son nom, il vous dira qu’il est une irrévérence aux Etats-Unis qui s’arrogent tant de droits sur son continent.
De son île, il vous dira qu’elle va bien dès lors que les Haïtiens sont debout, il vous dira toute sa vigueur artistique, et que cette terre ne l’habite que pour le porter vers l’universel de l’humain.
La poésie de Jean d’Amérique invente un monde capable d’entendre les besoins et les rêves des peuples. Venez écouter cette nouvelle voix de la littérature francophone.

 


 

Mardi 21 janvier | 19 h 30 | 6 € | RÉSERVER

146 298 de Rachel Corenblit

Monologue par la Compagnie Le Cri Dévôt

Récit introspectif où s’entremêlent les notions de devoir de mémoire et de transmission, 146 298 de Rachel Corenblit pose la question du parcours intime face à la grande Histoire.

Une jeune adolescente recompose le passé de sa grand-mère à travers les chiffres de son tatouage… La compagnie montpelliéraine Le Cri Dévôt s’empare de ce texte et nous propose un monologue dans lequel les mots du passé ouvrent un dialogue et une réflexion avec les nouvelles générations.

Le Cri Dévôt est accueilli en partenariat avec Le Festival du Livre de Jeunesse Occitanie qui se tiendra à Saint-Orens, les 25 et 26 janvier 2020.

 


 

// ANNULÉ //

Mercredi 22 janvier | 21 h | 6 € | RÉSERVER

OTG (off The grid)

Carte blanche à Éric Arlix (auteur)

« En dehors de la grille », « en dehors du système » est un slogan fédérant de plus en plus d’individus à travers le monde, des survivalistes devenu·es preepers qui se préparent activement à l’effondrement des sociétés, des Taz et des Zad temporaires qui luttent contre le capitalisme, des ultra-riches et des libertarien·nes qui veulent partir sur l’eau (seasteading) sous-terre (bunkers en Nouvelle-Zélande) ou même sur Mars, le tout dans une ambiance terrifiante de changement climatique et de boost des Extinction studies. Bienvenue dans un monde qui doit se réinventer totalement.

 


 

Jeudi 23 janvier | 21 h | 6 € | RÉSERVER

Sandra Moussempès (poète performeuse)

Sandra Moussempès, poète, est l’autrice de plusieurs livres aux Editions Poésie/Flammarion et de l’Attente. Ancienne pensionnaire de la Villa Médicis, elle questionne la porosité entre les arts et propose une perception filmique du monde.

Dans son nouveau livre, Cinéma de l’affect (Boucles de voix off pour film fantôme), qui vient de paraître aux éditions de l’Attente, elle accorde une place prépondérante à la voix en tant que dispositif sonore et amoureux via ses propres mémoires vocales archivées et son lien avec son ancêtre, la célèbre cantatrice Angelica Pandolfini. Elle lira des passages de ce nouveau livre et donnera à entendre en miroir sonore des extrais de sa création vocale Vox Museum (Editions Jou).

La tête dans les nuages (3)

Concert lecture par Éric Arlix (auteur) & Christian Vialard (machines)

J’ai visité depuis 2005 une vingtaine de buildings les plus hauts du monde, chacun affirmant avec force son pouvoir économique et symbolique de domination. La tête dans les nuages. Dans mon travail j’ai visité le capitalisme, depuis une vingtaine d’années, le trouvant si malin et abracadabrantesque, annonçant depuis si longtemps son avenir chaotique. La tête dans les nuages.

 


 

Vendredi 24 janvier | 21 h | 6 € | RÉSERVER

Invites sismiques

Performance par Éric Arlix (auteur) & Florence Jou (poète performeuse)

En compagnie d’un béluga et d’un champignon, nous observons des Invites Sismiques. Des histoires aux frontières perméables, des secousses peu perçues, des adresses en suspension, dans les bouleversements et la westernisation du monde.

 

Ma phrase a pris 3 cm de plus, de mieux, se détend

Par Yves Arcaix (performeur) à partir du texte de Jérôme game (auteur)

Yves Arcaix est né en 1973. Avec sa performance Ma phrase a pris 3 cm de plus, de mieux, se détend d’après Ça tire de Jérôme Game, proposition scénique pour une poésie de la déflagration, Yves Arcaix questionne la théâtralité potentielle et la mise en jeu d’une littérature exigeante.

Le public apprend à désapprendre sa propre langue, à la concevoir autrement, de la manière dont Yves Arcaix la réinvente. Difficilement descriptible, le phrasé se rapproche toutefois de celui d’un robot bègue-dysléxique en plein bug. Une performance syntaxique et linguisitique remarquable, une mise en scène pour le moins lumineuse, le comédien réussit à surprendre. Lucie Etchebers

 

Double Hapax

Par Jikabo (poète) & Bruno Izarn (guitare)

Double Hapax est né de l’union illégitime entre le folk rugueux et bruitiste de Bruno Izarn et la poésie brutale de Jikabo. quand deux solos forment un duo. quand deux alter forment un ego. Quand l’hapax est double. Fondé en 2010, il a à son actif deux albums et une centaine de dates. Double Hapax tient à la fois du concert de rock, avec le son, la sueur et les tripes, de la performance poétique, de l’opéra rock portatif et de la fusion organique de deux one man shows, Bruno Izarn l’homme-orchestre et Jikabo l’homme-verbe.

 


 

Samedi 25 janvier | 21 h | 6 € | RÉSERVER

Fordlandia

Par Florence Jou (poète performeuse) & Dominique Leroy (créateur sonore)

1928 Henri Ford se lance dans l’exploitation intensive du caoutchouc. Défricher un million d’hectares de forêt, en Amazonie, au bord du Rio Tapajós, planter des hévéas, et construire une ville-usine, une cité utopique, avec école, hôpital, dancing… Le projet fut un véritable échec, Ford n’exploita jamais du caoutchouc.
1980 Florence Jou naît à Perpignan.
2018 Elle découvre l’histoire de Fordlandia lors d’une exposition et de tables rondes organisées par le collectif Suspended Spaces à la Colonie à Paris. Elle écrit une enquête poétique à partir de témoignages, d’anecdotes, de gestes observés, de lectures… Elle a proposé à Dominique Leroy de co-créer une pièce sonore.

 

Passages

Par Patrick Bouvet (auteur) & Éric Simonet (artiste sonore)

Patrick Bouvet est né en 1962. Dans les années 1980, il est chanteur et compositeur dans un groupe de rock. Depuis les années 1990, il a étendu son travail sur le sampling et le collage musical à l’écriture. In situ, son premier livre, paraît aux Éditions de l’Olivier en 1999. Il a depuis publié quinze livres dont le dernier, Trip Machine, en 2018 aux éditions de l’Attente. Passages est une réflexion sur la multiplicité des passages, de l’humain au post-humain, au tout numérique, vers la sortie de la postmodernité, de la post-consommation. Des passages, des boucles, des circuits, des datas, une géographie du parcours dont on voudrait se défaire pour redécouvrir le monde.