Projet artistique

Avril 2022


PRÉSENTATION

Plus ancien théâtre indépendant de Toulouse, fondé en 1967, la Cave Poésie porte en elle l’esprit de 68, un souffle de révolte. Le lieu est d’abord animé, sous le patronage de la Fédération des Œuvres Laïques, par un collectif informel de compagnies et d’artistes réunis autour de René Gouzenne, qui constituent en 1977 une association loi 1901, Cave Poésie de Toulouse, affiliée aujourd’hui à la Ligue de l’enseignement. Elle a pour ambition de donner les moyens à toutes et à tous de comprendre le monde pour pouvoir le transformer (éducation populaire, citoyenneté) et promeut la diversité culturelle comme lien sociétal.

Dénicheuse de talents depuis toujours, la Cave Poésie est une scène tremplin pour les jeunes artistes.

Elle met en valeur les littératures et accompagne l’expérimentation artistique.

Soucieuse de recherche, de partage et de constructions culturelles communes, elle s’attache à décliner sa ligne de pensée : être curieux pour toujours être en mouvement et susciter ainsi la réflexion critique.

C’est pourquoi :

  • Elle propose une programmation artistique au croisement de diverses formes scéniques : théâtre, concert, cirque, lecture, danse, poésie, vidéo…
  • Elle invite régulièrement des artistes pour des résidences longues (résidences d’écriture, de créations).
  • Elle travaille en direction des publics inaccoutumés ou écartés de la culture, en délocalisant des spectacles, des rencontres, des ateliers participatifs, notamment dans les quartiers, les prisons, les hôpitaux.
  • Elle invente des initiatives artistiques réalisées pour et avec les personnes handicapées, notamment sourdes, dans une démarche transversale d’inclusion : créations scéniques, communication adaptée (braille, LSF), outils numériques…
  • Elle lutte contre l’illettrisme.

LIEU DES LITTÉRATURES EN SCENE

La Cave Poésie propose deux rendez-vous hebdomadaires autour des littératures : Les Imprévus du lundi et son cycle de lectures les Rugissantes, chaque mardi.

 

Les Imprévus du lundi

Inventé et animé par le poète Serge Pey pendant près de 40 ans, ce rendez-vous autour des littératures, et de la poésie en particulier, a permis à la Cave Po’ d’accueillir des artistes tel·les qu’Adonis, Allen Ginsberg, Bernard Noël, Charles Pennequin, Fernando Arrabal, Raúl Zurita, Vénus Khoury-Ghata…

Depuis quelques années, la chercheuse Modesta Suárez prend la relève de Serge Pey et les Imprévus du lundi continuent de proposer rencontres, lectures, performances, parfois en écho avec la programmation de la Cave Poésie. Un regard contemporain sur la création poétique d’hier et d’aujourd’hui.

 

Le mardi, Les Rugissantes

Le cycle des Rugissantes a été créé en 2007 par René Gouzenne, quelques mois avant sa mort. D’abord intitulé Les 40 Rugissants, le rendez-vous proposait sur 40 semaines, 40 textes portés par 40 comédien·nes.

En 2015, le cycle se réinvente et se tourne vers la création hybride, toujours au service des littératures. Programmées aujourd’hui les mardis à 19 h 30, les Rugissantes proposent des lectures croisées : lectures concerts, lectures dessinées, lectures dansées, lectures cirque, lectures à deux voix. Il s’agit à chaque fois de proposer au public d’approcher les littératures par des angles différents, parfois complémentaires, parfois contradictoires, autant d’approches qui disent toutes quelque chose du texte lu, donné à entendre différemment.

Avec le soutien d’Occitanie Livre et Lecture (OLL), un focus sur les éditeurs indépendants de la Région est proposé. Régulièrement, des Rugissantes sont ainsi consacrées à leurs publications. Il s’agit à la fois de faire découvrir le travail éditorial régional au public mais aussi de créer éventuellement des rencontres entre des artistes et des textes, pour des projets à plus long terme. Certaines œuvres sont ainsi l’objet de créations spectaculaires qui se diffusent au-delà des Rugissantes et au-delà de la Cave Poésie.

 

Résidences d’auteur·es

Depuis 2016, la Cave Poésie développe une politique de résidence en direction d’auteur·es invité·es. Soutenue par la DRAC et OLL, en partenariat avec la librairie Terra Nova, la Cave Poésie a ainsi reçu des auteur·es tel·les que Fabienne Yvert, Carole Lataste et Benjamin Charles (éditions N’a qu’1 œil), Éric Arlix, Claire Rengade… Ces résidences se déroulent à chaque fois sur deux ans, le temps que les auteur·es découvrent le territoire métropolitain, rencontrent des partenaires pour initier, développer et réaliser des projets.

Certaines résidences donnent lieu à la publication de textes ou d’ouvrages (3 trucs bien de Fabienne Yvert – éditions Le Tripode, Blablabla #4 – éditions N’a qu’1 œil), sans aucune obligation.

Le choix des auteur·es retenu·es est dicté par des axes simples : travailler avec un·e auteur·e qui ne soit pas de la Région, un·e auteur·e qui travaille la langue, non seulement par le texte mais aussi une pratique spectaculaire (théâtre, concert) et/ou plastique (travail graphique, pictural, sculptural, livres objets, etc.). Cette nécessité s’est imposée par la spécificité de la Cave Poésie, en tant que salle de spectacle mais aussi afin de pouvoir porter des actions artistiques hors les murs, des actions de médiation auprès de publics inaccoutumés ou écartés (réfugié·es, sans papiers, etc.).

Ces résidences cherchent toutes à se construire en partenariat avec d’autres opérateurs : bibliothèques de la Métropole, librairies toulousaines, associations de quartier, partenaires culturels de la Ville et d’ailleurs dont la Maison des écritures de Lombez dans le Gers, La Baignoire à Montpellier, etc. Ceci se fait tant d’un point de vue artistique (élaboration de projets communs en fonction des intérêts de l’artiste invité·e et des attentes, besoins ou possibilités des partenaires), que d’un point de vue économique (partage du coût de la présence de l’artiste). Ce travail d’élaboration prend du temps et explique les deux années nécessaires pour chaque résidence.

 

Bazar littéraire Chez René

Co-construit avec des éditeurs indépendants, le Bazar littéraire propose le temps d’un week-end une vitrine à une cinquantaine de maisons d’éditions de la région Occitanie (mais pas que), publiant des littératures francophones et étrangères, avec un focus sur la poésie ou la prose poétique. Depuis quelques années un accent est mis sur les formes rares et artisanales : revues, fanzines, microéditions, livres objets travaillant toutes les littératures. Le week-end est ponctué de lectures, performances, concerts pour mettre en lumière le travail éditorial des participant·es.


LIEU DE CRÉATION PLURIDISCIPLINAIRE

Du mercredi au samedi, nous proposons une programmation pluridisciplinaire, généralement pour une série de quatre dates. Théâtre, lecture, concert, danse, marionnette, cirque, clown. La programmation défend à la fois le travail des talents émergents toulousains, de la Haute-Garonne et de la Région, mais propose aussi des rendez-vous avec des têtes d’affiches qui trouvent, dans notre lieu, une proximité et une convivialité qui fait parfois défaut dans les grandes institutions culturelles.


LIEU DE CRÉATION HORS-NORME

À côté de cette programmation régulière, la Cave Poésie propose des événements hors-norme qui viennent rythmer l’année. Qu’ils soient réguliers comme Le Bazar littéraire Chez René, pendant les journées du patrimoine en septembre, Les 24h de l’accordéon fin octobre, Love me tender en février, ou occasionnels comme les lectures intégrales (1001 nuits en 2018, Chant Général de Pablo Neruda en 2020, Don Quichotte de Cervantès en 2021), ce sont autant de rendez-vous exceptionnels qui travaillent la question de la convivialité, du commun et du partage, à partir d’un projet culturel, bien souvent littéraire.


LIEU DE SOUTIEN AUX TALENTS ÉMERGENTS

La question du soutien aux talents émergents est une question fondatrice pour la Cave Poésie. Dès sa création, le lieu a réuni nombre de jeunes artistes qui sont aujourd’hui des talents reconnus.

 

Littérature

Dans les années 70, toute une génération poétique toulousaine a fait ses armes aux côtés de René Gouzenne, qui était alors un grand frère pour ces jeunes artistes : Serge Pey bien sûr, mais aussi Philippe Berthaut ou Bruno Ruiz ont trouvé à la Cave Poésie un espace de création unique. Aujourd’hui, un auteur tel que Romain Nicolas ou le comité de lecture Comité Collisions trouvent à la Cave un espace de création et de recherche, vrai lieu de compagnonnage. Depuis 2021, un Contrat Territoire Lecture en partenariat avec la DRAC Occitanie permet de pérenniser ce travail.

 

Musique

Côté musique, le lieu a accueilli dans les années 70 des têtes d’affiches de la chanson française engagée tels que Marc Ogeret, Jean Vasca, Jacques Bertin… Plus tard, dans les années 80, 90, des artistes tel·les que Juliette, Hervé Suhubiette, Didier Dulieux, Éric Lareine, Catherine Vaniscotte ont débuté dans ses murs.

La Cave Poésie est aussi un lieu privilégié pour la scène flamenco toulousaine : Bernardo Sandoval, Vicente Pradal, Benoît Mardon, Kiko Ruiz, Serge Lopez ou dernièrement Maël Goldwaser, Hadrien Moglia ont fait, ou font encore, l’histoire du lieu.

 

Théâtre

Le théâtre, pour sa part, a été le cœur battant de la Cave Poésie dès sa création, avec des ateliers de pratique, de formation pour jeunes artistes et l’accueil de compagnies renommées (TNP de Roger Planchon, le Théâtre de l’Éclat de Jean-Pierre Tailhade) ou en devenir, sans oublier les créations de fondateurs du lieu comme René Gouzenne ou Danielle Cathala. La Cave Poésie a ainsi accompagné le parcours d’artistes tel·les que Francis Azéma aujourd’hui directeur du Théâtre du Pavé, Jean-Pierre Beauredon avec Beaudrain de paroi, la majeure partie des artistes qui travaillent aujourd’hui dans la compagnie du Grenier théâtre à Tournefeuille, l’équipe de l’Agit théâtre ou encore l’actrice Marina Foïs montée pour la première fois sur les planches à la Cave Poésie, avec 3BC compagnie.

Ces dernières années, ont été accueilli.es des artistes tels que Gaspard Chauvelot, Guillaume Langou, Draoui Productions, le Primesautier théâtre, En compagnie des barbares, le collectif Hortense, le collectif Balle Perdue, Le Détachement international du Muerto Coco, la Compagnie Les Hommes sensibles, etc.

 

Et maintenant ?

Aujourd’hui, la Cave Poésie maintient ce cap.

Depuis 2015, nous avons choisi de mettre à disposition la salle, dès qu’elle était disponible, à l’intention des compagnies, de groupes ou d’artistes souhaitant répéter et ne trouvant pas de salles disponibles pour cela.

En 2016, nous avons ainsi accueilli 30 équipes artistiques différentes pour 99 jours de répétitions. Certaines de ces résidences ont permis aux artistes de préparer in situ des représentations prévues à la Cave Poésie. Pour d’autres, la résidence a permis de continuer un travail de plateau pour des spectacles en devenir, sans objectif de présentation publique. Ielles ont tou·tes profité gracieusement de la Cave Poésie et de son infrastructure.

Depuis 2018, la Cave Poésie accueille en moyenne 30 équipes artistiques à l’occasion de 170 jours de répétitions par an.

 

Une évolution depuis 2018 : les résidences-diffusion

Compte tenu de la difficulté pour les jeunes et/ou petites compagnies à mobiliser des professionnel·les lors des représentations le soir, il est à noter que de plus en plus de ces résidences ont aussi pour objectif de réaliser une représentation privée, à l’attention des professionnel·les du secteur culturel.

En bref, la Cave Po’ est vécue par nombre d’artistes comme un espace de travail et de recherche leur permettant de préparer des représentations à fort enjeu professionnel. Avec certains centres culturels municipaux et les annexes du Conservatoire, la Cave Poésie est une des rares salles, par sa spécificité structurelle (deux salles), à pouvoir proposer un tel service aux jeunes compagnies.

 

Les Invitations

Durant la saison de la Cave Po’, nombre de professionnel·les viennent au fil des soirées découvrir les jeunes artistes programmé·es. Une centaine de professionnel·les (expert·es, programmateurs/programmatrices, technicien·nes) profite de ces invitations au fil de l’année.

 

Les résidences création-recherche avec les écoles d’enseignement artistique de Toulouse

La Cave Poésie développe, depuis 2015, de nombreux partenariats avec les écoles d’enseignement artistique de Toulouse qui viennent régulièrement sur le lieu présenter leurs travaux. La plasticité du lieu leur permet de tester des formes variées. Pour le Conservatoire de théâtre, il s’agit de travailler autour de la forme du Cabaret (adresse directe au spectateur, etc.) avec les étudiant·es de première année. L’ISDAT profite du lieu pour proposer des créations croisées avec le COMDT ou le Conservatoire, ainsi que pour donner un espace de création libre à ses étudiant·es ; l’IFMI propose un cabaret annuel mêlant théâtre, musique et chant, etc. Nous avons choisi de pérenniser ces partenariats car ils permettent de repérer de jeunes artistes et de faire découvrir le lieu à un nouveau public.


LIEU D’ÉDUCATION POPULAIRE

Issue du milieu associatif et liée depuis ses débuts à la Fédération des Œuvres Laïques, aujourd’hui Ligue de l’enseignement, la Cave Poésie défend le courant de l’éducation populaire.

 

Des spectacles pour donner à penser

Chaque saison de la Cave Poésie cherche à penser le monde qui nous entoure en développant une programmation sur des thématiques contemporaines. En 2021-2022, il s’agissait par exemple des questions de genre, de l’égalité femme-homme, de l’engagement. Le lieu propose aussi des spectacles qui utilisent la matière du quotidien et/ou du fait sociétal : revue des médias, compte rendu du conseil municipal, témoignages militants… Autant de sujets qui s’inscrivent dans la droite ligne des préoccupations défendues par la Cave Poésie depuis 1967 mais qui sont surtout le reflet des préoccupations des (jeunes) artistes aujourd’hui à Toulouse.

 

Actions en direction des publics

Pour accompagner cette programmation, la Cave Poésie propose au fil de sa saison des cafés philo, des ateliers d’arpentage, des ateliers de lectures, des ateliers d’écriture, des ateliers de pratique artistique pour permettre à tout un chacun d’avoir accès à la culture.

Elle participe à, ou organise régulièrement, des projets en direction de tout public éventuel : prisons de Seysses et de Muret, quartiers politique de la ville, sans domicile fixe, primo-arrivant·es.

À partir de 2021, La Cave Poésie a choisi de développer un travail de fond dans les quartiers de BAFAPATABOR (Bagatelle, Faourette, Papus, Tabar, Bordelongue), aboutissement d’un partenariat mené depuis plus de cinq ans avec l’association Partage Faourette. Elle propose des ateliers, des rencontres, des spectacles. Il s’agit à la fois de travailler un mouvement d’aller vers (aller vers les publics et inciter les publics à aller vers la Cave – donc vers le centre ville) et de développer des actions sur le long terme avec un public d’habitué·es.

> Pour les scolaires, la Cave Poésie propose :

1 . En primaire : des ateliers d’écriture réalisés avec le soutien de la DRAC. Il s’agit des Motagers de poèmes, créés par Philippe Berthaut, aujourd’hui repris par le comédien Marcel Grange. La Fabrique à chansons, réalisée avec le soutien de la Sacem, ateliers d’écriture de chanson ou les Passeports pour l’art proposés par la Ville de toulouse.

2 . En secondaire : Les Parcours Laïques et Citoyens du Département, les parcours Occit’Avenir (Découverte des métiers de la culture) proposés par la Région ou le Pass Culture.

3 . En direction des Universités : des rencontres, des spectacles sont programmés in situ (Université Toulouse Jean-Jaurès – UT2J, Université Toulouse Capitole), des ateliers pour les étudiant·es avec des présentations à la Cave Poésie, des chercheur.es travaillent en lien avec le lieu sur des programmations croisées ou l’accueil de parties culturelles dans les colloques.

 

Lutte contre l’illettrisme

Travailler sur la lecture nous a bien sûr amené·es à poser la question de l’illettrisme, notamment des personnes sourdes, des personnes dys- ou des primo-arrivant·es travaillant le Français Langue Étrangère (FLE) ou l’Alpha FLE. La Cave Poésie a donc décidé de s’engager dans ce domaine et propose différentes actions :

1 . Pour un public sourd, elle propose des lectures signées, en partenariat avec le Département Traduction Interprétation et Médiation de l’UT2J. Elle a aussi mis en place la bibliothèque visuelle Byblos, aujourd’hui disponible sur Youtube. Depuis 2019, Byblos propose lectures signées, chant signe, interview d’auteur·es ou d’éditeurs.

2 . En direction du public de primo-arrivant·es, elle met en place des ateliers de lectures, d’écriture qui trouvent leur aboutissement sur la scène de la Cave Poésie (Nuit Babel, Love me tender), sur les ondes de Radio Cave Po’ (Love me tender, Contes de Noël radiophoniques, lectures) ou à l’occasion de publications (Blablabla #4 édité par les éditions N’a qu’1 œil).


L’équipe de la Cave Poésie René-Gouzenne et le Conseil d’administration

26 avril 2022


Ils et elles sont passé·es par la Cave Po’…

Compagnie Tabula rasa, Petit bois compagnie, Compagnie Vendaval, Les Voraces (Céline Cohen-Régis Goudot), Zart compagnie (Julie Pichavant), Compagnie Eux, Clak Compagnie, Compagnie Via Negativa (Lydie Parisse), Facteur zèbre (Pierre Soletti), Catherine Vaniscotte, Compagnie Anomaliques, Tunde Jegede (avec Diana Baroni), Collectif Hortense, Compagnie Klassmute (Pascal Delhay), Avant l’incendie, Compagnie L’Oiseau bleu (Sabrina Ahmed), Compagnie La Part manquante, Querida Compagnie, Chergui théâtre, Compagnie Création éphémère, Christelle Boizanté, Cie Oui ! Bizarre (Isabelle Luccioni), Nathalie Vinot, duo Berezko, Rift Compagnie, Compagnie La mandale, etc.