Projet artistique

PROJET ARTISTIQUE

2013

 

Présentation :

 

Créée dans la dynamique des mouvements d’Éducation populaire de la Fédération des Œuvres Laïques de Haute-Garonne et de la Ligue de l’Enseignement, la Cave Poésie s’inscrivit dès son origine dans un mouvement qui défendait l’émancipation par la Culture. Elle s’affirma d’emblée comme un lieu de résistance contre l’ignorance par toutes les représentations singulières de notre langue.
C’est ainsi que la Cave Poésie fut, pendant de nombreuses années, l’un des rares foyers de création et de diffusion à Toulouse, permettant à de jeunes compagnies et artistes indépendants de se former et de construire leur parcours par le biais de petites formes théâtrales, de représentations en tout genre, de performances dans le cadre de la poésie d’action ou de récitals de chansons et autres spectacles de poésie dite, lue ou chantée. Elle accueillit également des concerts de toutes formes musicales, expérimentales ou non, acoustiques ou électriques, improvisées ou écrites.
Depuis plus de quatre décennies, la Cave Poésie reste le lieu des commencements artistiques, elle mène une action culturelle et une diffusion régulière grâce à la détermination de ses fondateurs. Son projet s’énonce de manière simple : favoriser la rencontre entre les citoyens, les œuvres et les artistes.
À l’occasion du renouvellement de son Conseil d’Administration et du recrutement du nouveau directeur Marc Marin, l’équipe de la Cave Poésie René Gouzenne souhaite affiner, conforter, développer et rendre lisible son projet.

Il s’agit en premier lieu :

– de promouvoir la Poésie dans ses diverses représentations : écritures actuelles, théâtrales, littéraires, musicales, performantes, ou vidéo…
– de fidéliser un public dans ce lieu régulier de programmation professionnelle également ouverte aux pratiques amateurs et aux formes émergentes, dans un esprit de convivialité ;
– de développer la formation et renouer des liens avec le monde enseignant, scolaire, universitaire, celui de l’éducation permanente et de l’éducation populaire ;
– de soutenir les créateurs, l’accompagnement artistique restant l’un des fondements de notre projet ;
– de devenir aujourd’hui, en cohérence avec notre politique, un lieu de résidence et d’accueil des auteurs en exil ;
– d’œuvrer au rayonnement et à la diffusion de nos actions en développant les partenariats et en s’inscrivant dans la dynamique culturelle régionale, nationale et internationale ;
– de travailler avec des maisons d’éditions poétiques et collaborer avec elles à des actions spécifiques, notamment par la mise en place d’un marché de la poésie ;
– d’en faire un lieu de rencontres, d’échanges et de débats ouvert à tous : artistes, jeunes, scolaires, étudiants, syndicalistes, élus, chercheurs, etc.

La programmation :

Il s’agit d’alterner judicieusement des spectacles pouvant générer un large public et des propositions s’inscrivant dans l’aventure, le désir de la littérature.
Aujourd’hui, il nous semble nécessaire de nous recentrer sur la programmation. Il ne s’agit pas de rendre diffus notre projet par une surabondance de diffusion, mais de donner du sens à nos actions.

Nous poursuivrons nos rendez-vous :

Les Chantiers d’art provisoire : en partenariat avec l’Université Toulouse-le-Mirail, proposés par Serge Pey : soirées de performances et de poésie contemporaine ;

Les Rugissants : comédiens, chanteurs, poètes, metteurs en scène, écrivains, lecteurs vivants dans la région, nous feront découvrir des textes singuliers ;

Les Nuits de la Pleine Lune : À chaque pleine lune, d’octobre à juin, la Cave Poésie René Gouzenne offre une scène ouverte sans aucune sélection artistique, à tous ceux qui souhaitent monter sur les planches. Des soirées aléatoires, variées et souvent surprenantes.

À l’avenir, nous veillerons à :

– mettre en perspective les œuvres, par des thématiques ;
– passer commande à des artistes sur certains évènements ;
–  rester ouvert à l’impromptu, à l’actualité, aux initiatives de dernières minutes ;
–  accroître la convivialité. Elle est un élément central de notre identité. Lieu de rencontre entre public et artistes, il doit aussi permettre une source de revenus par une optimisation du bar et de son animation. Il est possible d’envisager une petite restauration ;
– créer une dynamique autour des usagers de la Cave Poésie René Gouzenne (consultation d’ouvrages et de revues autour du théâtre, de la poésie et de la littérature contemporaine) – Développer la formation et renouer des liens avec le monde des enseignants, scolaires, universitaires et celui de l’éducation permanente et populaire.

Il s’agit de :

– favoriser la naissance d’une commission d’enseignants, d’éducateurs, d’animateurs et de bénévoles ;
– créer des stages de formation de tous ordres : stage de lecture à voix haute, d’écriture, de lecture/écriture, de théâtre, de chanson, de musique, de critique, de performance, en direction d’élèves et d’étudiants bien sûr, mais aussi en direction d’enseignants, d’usagers des comités d’entreprises, etc. ;
– accompagner les enseignants et les CDI dans leurs initiatives ;
– accroître le nombre des Motagers et les propositions de concerts et lectures pour le très jeune public ;
– développer des partenariats avec l’université, le rectorat, les conservatoires, les écoles de musique, l’atelier volant du TNT, les festivals…
– proposer des rencontres entre artistes, enseignants, élèves, étudiants, salariés ;

Le soutien aux créateurs, l’accompagnement artistique :

La Cave Poésie René Gouzenne désire participer activement à la genèse d’une œuvre, en devenant producteur d’un ou plusieurs projets par an réalisés par son équipe artistique.
Création d’une troupe permanente et itinérante, de lectures de poèmes, de textes littéraires, de théâtre permettant d’externaliser l’action de la Cave Poésie sur l’ensemble de la région, à destination de la jeunesse et des publics populaires.
Création d’une anthologie permanente sonore et visuelle des spectacles vivants et récitals présentés à la Cave Poésie René Gouzenne.

De la même manière, il nous paraît vital d’accueillir en résidence des auteurs (poètes, romanciers, hommes de théâtre, scénaristes, vidéastes, etc.) qui vivent des situations d’oppression dans leur pays d’origine, en collaboration avec l’Association des villes refuges du monde.

À la suite de ces résidences, plusieurs actions pourront se décliner : des lectures ; des restitutions de leur production par des metteurs en scène ; par les étudiants participant aux ateliers de formation de la Cave Poésie, avec le cas échant un partenariat avec un éditeur. Cette action redonnerait une dignité à des artistes de renommée internationale censurés et pourrait ainsi participer au rayonnement de la politique culturelle de la ville, de l’agglomération et de notre région.

Pour cela, il conviendrait de bénéficier d’un logement à Toulouse et d’une bourse qui permettrait à ces artistes de poursuivre leur travail dans les meilleures conditions.
Ces projets ne peuvent se concevoir que dans une intelligence collective grâce à des aides croisées des Ministères de la Culture, de l’Éducation nationale, des Affaires étrangères, du Centre National du Livre, du Conseil général, du Conseil Régional, de l’Agglomération du Grand Toulouse et du soutien de la Ville de Toulouse.

Œuvrer au rayonnement et à la diffusion des actions :

La Cave Poésie René Gouzenne doit trouver des publics à l’extérieur et diffuser ses actions hors les murs.

Il requiert en particulier :

– de diffuser les lectures des Rugissants en partenariats avec les médiathèques, les musées, les comités d’entreprises…;
– de permettre le rayonnement de nos actions dans une perspective de réseau en matière de productions, de coproductions et de diffusion ;
– de nouer des échanges nationaux et internationaux (villes jumelées, maisons des poésies, etc.) ;
– d’adhérer à la fédération européenne des Maisons de la Poésie ;
– d’organiser un festival international européen de performance : Le nuage en pantalon, ouvert aux villes jumelées avec Toulouse, en partenariat avec l’Université ;
– de conforter nos partenariats (Marathon des Mots, Peuples et Musiques au Cinéma, Festival Novela, Cinespana, Festival d’Amérique latine, Rio Loco, Cinémathèque, ESAV, etc.).

Un lieu de rencontres, d’échanges et de débats :

Il nous paraît important de tenir notre rôle, et de mener autour de certaines programmations et thématiques, des rencontres, des débats ouverts à tous (scolaires, étudiants, chercheurs, éditeurs, syndicalistes, élus, etc.)
Nous avons l’ambition d’ouvrir la Cave Poésie René Gouzenne au public le plus large possible : « Élargir le cercle des initiés » (Bertolt Brecht), en faire un lieu de vie, de débat, un lieu humain et responsable qui participe à la vie de la cité.
Conclusion
Il est évident qu’un tel projet suppose une réorganisation interne avec une communication adaptée. De plus, comme nous l’avons précisé plus haut, nous souhaitons associer à nos démarches, des usagers qui pourraient s’impliquer dans l’organisation, la vie du lieu, et la promotion de nos actions, fidèles à nos orientations d’éducation permanente. Nous gagnerions ainsi de nouveaux publics et révélerions de jeunes vocations.
Ainsi notre objectif, pour les trois saisons à venir, sera d’asseoir ce projet en concertation avec les partenaires et de renouer avec les fondamentaux de la Cave Poésie d’origine, lieu d’innovation artistique, d’expression et de résistance.

Voilà donc la philosophie de la Cave Poésie René Gouzenne en 2013.
Nous en développerons et argumenterons chaque nouvelle action, le moment venu.

Pour le Conseil d’administration
Serge PEY, Marc MARIN